Exposition : La singulière nature humaine

Exposition : La singulière nature humaine

C’est pour une exposition prévue en novembre 2015 à la Galerie MX qu’il commencera une nouvelle réflexion avec une série de tableaux créés spécifiquement pour la galerie. Besner propose une exposition personnelle qu’il nomme La Singulière nature humaine.

Besner propose une série de portraits plus intimes dans lesquels domine un gris profond et complexe qui semble résulter de plusieurs couches de pâte d’huile. Les chocs de couleurs fortes et contrastantes, auxquels nous a habitués l’artiste, se sont atténués et sont plus subtils. Il s’agit peut-être du résultat de l’influence des techniques de coloration de l’eau forte que Besner a pratiquées récemment.

pdfTéléchargez le catalogue d’exposition

..
Lieu : Galerie MX 333 Av. Viger O. Montréal 514-315-8900 art@galeriemx.com
Vernissage : vendredi 6 novembre 18h00
Durée : du 6 novembre au 1er décembre 2015

Videos

Les mains de maître

Ressourcement, recherche et création

Extraits d’entretiens pour l’exposition ” La singulière nature humaine”

Retour de Besner en exposition à la Galerie MX

COVER_Catalogue_expositionEn 2013, après plus de 20 ans de création et plus de 2 000 toiles exposées dans 9 pays, l’artiste canadien Dominic Besner s’est retiré des activités d’exposition pour se donner une période de recherche et de réflexion.

Durant cette période de près de deux ans, Besner va étudier les techniques de la gravure et de l’eau forte. Ainsi, il va chercher à influencer sa façon de dessiner les lignes et chercher à développer une nouvelle approche de composition avec ses sujets. Aussi, dans son atelier, il va créer de nouveaux tableaux sans objectifs précis et sans volonté précise de diffusion. Peindre et dessiner librement, simplement.

C’est pour une exposition prévue en novembre 2015 à la Galerie MX qu’il commencera une nouvelle réflexion avec une série de tableaux créés spécifiquement pour la galerie. Besner propose une exposition personnelle qu’il nomme La Singulière nature humaine.

Première particularité : un retour à des petits formats, en rupture avec les projets des dernières années en Chine où il préconisait des formats de plus de 2 mètres.

Besner propose une série de portraits plus intimes dans lesquels domine un gris profond et complexe qui semble résulter de plusieurs couches de pâte d’huile. Les chocs de couleurs fortes et contrastantes, auxquels nous a habitués l’artiste, se sont atténués et sont plus subtils. Il s’agit peut-être du résultat de l’influence des techniques de coloration de l’eau forte que Besner a pratiquées récemment.

Les personnages ont aussi une présence et une attitude différentes; ils sont moins stoïques et plutôt apaisés. Ils sont en lien avec leur propre environnement et leur attention est souvent portée vers des objets (qui semblent les préoccuper). Un miroir, un cerf-volant, un jouet, un avion, un bateau : une multitude d’objets apparaissent dans les tableaux et apportent un point d’intérêt commun entre l’observateur, les personnages des tableaux et l’artiste; ainsi, nous sommes moins dans cette dynamique de l’observateur observé. Les personnages peints par Dominic Besner nous invitent dans leur intimité et nous laissent percevoir la grande sensibilité de l’artiste.

Les scènes représentées sont moins théâtrales; les personnages sont plus sobres et ont moins de parures que ce à quoi l’on s’attend chez Besner. De façon générale, ce dépouillement de la part de l’artiste révèle une grande maturité et une authenticité picturale : Besner nous en dit plus avec moins.

C’est dans une certaine continuité que Dominic Besner nous propose cette nouvelle famille de personnages évoluant dans un univers chromatique différent où les couleurs et les formes qui le caractérisent sont toujours là, mais avec des rôles différents.

– Martin Bundock